Images d'Ici et d'Ailleurs

Mayotte.Ecosse.Madagascar

Depuis très longtemps, j'avais envie de me rendre à Majunga pour visiter la vieille ville coloniale et le port aux boutres. Les marchés, les rues animées, pleines de couleurs et d'odeurs exotiques, dont on m'avait si souvent parlé, attisaient mon désir de rapporter de belles images.

C'est à ce voyage que je vous convie à travers ces images.


Le quartier du port aux boutres.

Passage obligé du touriste qui visite Majunga, le vieux port aux boutres est un monde à part fait de couleurs, de mouvements, de cris , de travail et de sueur. Mais pour peu que le visiteur s'attarde, qu'il prenne le temps de regarder sans se cacher, qu'il parle avec les gens qui font vivre les lieux, alors l'échange se fait. La méfiance le cède aux sourires, et voici que la parole, bientôt remplace le silence. 

Je ne vole pas mes images. Je ne me cache pas. Plantés au beau milieu du quai, mon trépied, le lourd appareil photo, la sacoche en bandoulière disent mon travail. Curieux, les jeunes gens qui chargent et déchargent les vieux bateaux finissent par venir. Ils regardent à travers le viseur, observent leur monde à travers un objectif qui ne leur en restitue qu'un fragment, mais différent. Etonnement, rires, surprises ! Je suis photographe, admis comme tel, désormais. Alors, je suis sollicité pour prendre des images :  on prend la pose, on sourit, je déclenche. Toute une troupe m'entoure, je montre les images sur l'écran. Que de commentaires...

Je ne sais rien de plus beau que ces bons moments passés sur le vieux port de Majunga.

Une grande part du travail consiste à entretenir les vieux boutres. A marée basse, dans une eau saumâtre, un long et fatigant travail commence. Il s'agit de nettoyer la coque de toutes les saletés qui s'y incrustent pour préserver l'étanchéité du bois. C'est le calfatage qui élimine les coquillages, les algues, les débris de toutes sortes qui viennent fragiliser la coque du navire. Avec des grattoirs, des éponges, au couteau et même à la fourchette, le bois est ainsi nettoyé.

Ce n'est qu'un au revoir...A la fin de la semaine, je suis revenu avec des tirages papier que j'ai offert à ceux qui m'avaient si gentiment accueilli pour partager ensemble les images ci-dessus.

Bons vents, matelots...


Le quartier du Vieux Port, l'héritage colonial.


Au fil des rues....